HISTORIQUE ET AVANCEE DU PROJET

Au 31/3/2021

La cantine accueille régulièrement 28 enfants orphelins amenant ainsi la suffisance alimentaire et l’accès à l’eau, mais aussi les soins et l’accès à l’éducation de quelques enfants démunis qui ont besoin de cette aide extérieure.
Kanoubaga les accompagne et les aide à grandir.
Chaque enfant retrouve grâce à l’association et vos aides financières, 1 repas complet par jour + une collation pour le soir. Ils poursuivent leur scolarité et aucun enfant n’a abandonné l’école ou la cantine car pour eux ce serait retourner à la misère.
L’enseignant continue à dispenser les cours de soutien le soir après la classe et le samedi.

Pour accompagner ce programme « Kanoubaga » les enfants bénéficient d’une équipe stable, des adultes protecteurs faisant office d’éducateurs. 

Au nombre de 5, 3 hommes et 2 femmes, ils se chargent de l’accueil, de l’organisation, la confection et la distribution des repas et gardent les petits qui ne vont pas encore à l’école.

5 enfants du quartier (non orphelins) viennent jouer sous le hangar avec les autres enfants accueillis et c’est une bonne chose pour l’intégration dans la cité.

9 enfants ont bénéficié d’achat de chaussures et d’habits (toujours des fripes mais ils ont eu des baskets c’était la fête ce jour-là), certain ont reçu des nattes pour dormir.

En avril il y aura des vacances scolaires, comme en France. J’ai demandé à ce que des activités soient organisées pour poursuivre l’action éducative de ces enfants orphelins afin qu’ils ne soient pas tentés à retourner trainer dans les rues pour y mendier ou travailler sur des chantiers. L’équipe travaille à ce programme et me soumettra les dépenses à engager, s’il y en a.

Sachez que tous les jours je reçois par WhatsApp des nouvelles, des petits messages audio, des photos des enfants accueillis qui mangent à la cantine et bien sûr les photos du cahier journalier faisant apparaitre la tenue des comptes et la copie des factures.

En fin de mois je reçois un petit topo sur les résultats scolaires, le classement des enfants scolarisés et leur moyenne. Celles-ci ont plus ou moins baissées pour chacun sauf pour un garçon, mais rappelons-nous que le 2ème trimestre est souvent le plus difficile.

L’amélioration de l’état de santé des enfants se poursuit. Ce mois-ci une seule petite fille, notre benjamine d’à peine 3 ans a été très malade du paludisme, elle en a été très affaiblie et a perdu beaucoup de poids. Amenée et soignée à l’hôpital elle est remise et reprends vite des forces. Les médicaments pour elle ont coûté 5€. Le paludisme tue beaucoup et les victimes sont majoritairement des enfants de moins de 5 ans….

En soignant nous évitons que l’enfant souffre de nombreux jours de fièvres importantes et délétères, peut-être même que nous lui sauvons la vie. Le paludisme est un fléau qui tue chaque année plus de 450 000 personnes, dont 93% en Afrique. La maladie continue à faire des ravages dans le monde mais frappe particulièrement les enfants.

Nous avons eu l’information téléphonique de l’obtention de la subvention de la SDEA, mais rien d’écrit et pas de virement pour l’instant. Nous espérions cette somme rapidement car il y a l’échéance de l’assurance responsabilité civile de l’association à payer en ce début avril 2021 soit 300€ pour une année.

Patricia

Les dons réguliers (mensuels) s’élèvent maintenant à 501€ (= 35 donateurs)

auxquels s’ajoutent quelques donateurs annuels ou occasionnels ce qui nous permet de dire que les besoins de fonctionnement de la cantine, qui s’élèvent en moyenne à 535€ mensuels sont couverts pour l’accueil de 28 enfants.

Nous ne pourrons augmenter que progressivement l’accueil de la cantine jusqu’à un maximum de quarante enfants lorsque les engagements en dons correspondront effectivement aux dépenses que cela impliquera, c’est-à-dire environ 20€ de plus par mois et par enfant.

Les enfants des rues qui souhaiteraient profiter de cette cantine sont nombreux mais les candidats doivent semontrer prêts à s’engager dans une scolarité ou l’apprentissage d’un métier. 

Il y a beaucoup d’enfants qui mendient mais tous n’ont pas le profil pour notre action, ils ne sont pas tous orphelins et pas tous prêts à s’engager pour travailler et s’insérer. L’équipe n’est pas formée pour prendre en charge des enfants présentant des risques psycho socio lourds et le programme fonctionne bien grâce à ce ciblage.

Du 01/03/2021 au 31/03/2021

Montant en Francs  CFA

   Montant en    Euros

Achat denrées pour la cantine + l’eau + le gaz + l’enlèvement des poubelles

316600

483

Achat d’équipement

De médicaments

32 000

2 750

49

4

Carburant mobylette (permet de faire les courses et transport à l’hôpital ou à la pharmacie)

9 000

14

Dépense exceptionnelle : au 1er avril

Police d’assurance R.C. annuelle

150 000

228

Total pour le mois de mars  2021

510 350

778

Pour rappel : Vos dons sont intégralement destinés à la cantine pour l’achat des denrées alimentaires, payer la consommation d’eau, de gaz et le ramassage des ordures (1x/quinzaine).

Grâce à Textures ces enfants sont habillés et vont à l’école.

 

Gérard Marino président de Textures, J-Claude Omeyer secrétaire et Patricia Marino
A très bientôt.

Textures association 17, rue des Tulipes 67600 MUTTERSHOLTZ  tel 03 88 85 23 33

 

 

Au 30 septembre 2020 « Kanoubaga » et « Textures association »
vous informent

sur le fonctionnement de la cantine destinée aux enfants des rues
à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso.

 

 

Les bonnes nouvelles :

  • Le cap des 100 jours de fonctionnement a été passé en septembre
  • Plus de 2500 repas complets ont été fournis
  • 45 enfants différents de 2 à 14 ans, fréquentent la cantine régulièrement,
  • 25 à 28 repas sont servis  quotidiennement
  • 22 enfants viennent tous les jours manger, les autres viennent de temps en temps
  • 17 enfants ont bénéficié d’un soutien scolaire 3x/semaine afin de préparer leur retour à la scolarité, ce soutien se poursuivra toute l’année afin de réussir avec eux ce retour à l’école après 1 ou 2 années blanches.
  • 16 enfants sont retournés à l’école en septembre et nous avons pris en charge les frais de scolarité et les achats des équipements ; habillés, chaussés et coiffés, ils sont comme tous les autres enfants.
  • environ 45 enfants viennent s’amuser sous le hangar. Ils sont des enfants du secteur et viennent au centre Djéliya suivre les activités culturelles de danse qu’une compagnie a organisé pendant les vacances. Ainsi tous se fréquentent et se font des amis.
  • Capacité d’accueil de la structure : 40 repas par jour pour 40 enfants, cet objectif ne pourra être atteint que si nous trouvons encore quelques donateurs,
  • L’eau est arrivée à la cantine, la corvée d’eau est allégée puisque maintenant le hangar dispose d’un robinet d’eau potable. (auparavant il fallait chercher l’eau avec des seaux au point d’eau le plus proche.
  • Une demande de subvention est à l’étude à la SDEA,  car ils financent partiellement des actions permettant l’accès à l’eau potable pour des micro-projets dans le tiers monde.

 

Au 19 septembre, c'est la rentrée scolaire, nous avons rescolarisé 16 enfants et nous veillons au quotidien à leurs progrès.

L'office des eaux et assainissement (ONEA) a commencé les travaux pour l'adduction d'eau au local Baba. Une citerne va être construite pour pallier aux coupures.

Quelques mauvaises nouvelles

Généralité sur le pays : La situation au Sahel est très dégradée du fait de la guerre qui a déjà fait des centaines de victimes.
Au Burkina plus d’1 million de personnes sont déplacées, l’Unicef annonce plus de 550000 enfants en grave situation de mal nutrition.
Notre cantine est une goutte d’eau, mais grâce à vous elle existe. Elle doit se poursuivre et réussir le pari de sauver un maximum d’enfants, grâce à cette initiative des enfants ont retrouvé le sourire, des amis, et les adultes locaux sont fiers d’être acteurs chez eux, les ressources humaines sont là-bas mais pas les ressources financières.

  • fin septembre 2 enfants ont perdu leur maman, décédée suite à une longue maladie.
  • Quelques enfants ont fait une crise de palu cet été. Nous avons pris en charge les consultations et les traitements médicamenteux.
  • Un mur s’est effondré, mitoyen au hangar, construit en pisé (=terre crue ou torchis) il a été lessivé parce qu’il a beaucoup plu et il pleut encore beaucoup (il pleut au B.F. plus qu’en France, mais ces précipitations sont regroupées sur une très courte période : la saison des pluies)
  • Si maintenant habillés et coiffés, ces enfants orphelins pris en charge par Kanoubaga ont retrouvé une situation meilleure puisqu’ils mangent 1x/jour un vrai repas et vont  à l’école, ils ne sont pas encore comme tous les enfants. Nous avons demandé à Pauline (la secrétaire et animatrice) d’enquêter sur les conditions de vie la nuit. Aucun des 16 enfants rescolarisés ne dispose d’un lit où dormir. Ils dorment tous à plusieurs, souvent dans une pièce unique servant de maison pour un grand nombre d’individus, directement sur le sol ou sur de vieux habits, au mieux sur une natte qu’ils partagent avec des membres de leur fratrie ou des cousins ou un membre de la famille plus ou moins éloigné qui se charge d’eux (un parent, grand-mère, ou oncle, ou une famille dite d’accueil,) 
  • Ces conditions nocturnes ne permettent pas un bon sommeil. Il faudrait des moustiquaires imprégnées d’insecticide et des couvertures car la saison se rafraichit et les nuits deviennent très très fraiches. Nous envisageons l’achat de couvertures sur place, vous pouvez nous y aider en faisant un petit don ponctuel supplémentaire.
    Ces conditions d’hébergement ne permettent pas aux enfants de faire des devoirs, de réviser des leçons, aussi reviennent-il au hangar « Baba » (lieu de la cantine) pour faire cela après la classe.

 

Ci-dessous les comptes sur 4 mois (non compris les travaux de réfection du hangar Baba )

 

dépenses sur les 4 mois de fonctionnement

Du 02/06/2020

Au 30/09/2020

Montants en F CFA

Montant en Euros

Administratif et taxes

14662

22

denrées pour la cantine

1119065

1708

Equipements et soutien scolaire

630900

962

Déplacements et diverses dépenses de soins (palu)

66520

100

Travaux d’adduction à l’eau potable

893153

1362

Total dépenses

au 30/09/2020

2724260

4154

Ci-dessous les comptes sur le mois de septembre

dépenses septembre

Du 01/09/2020

Au 30/09/2020

Montants en F CFA

Montant en Euros

Administratif et taxes

0

0

 

denrées pour la cantine

 

298 880

 

456

Frais et équipements scolaires pour 16 enfants dont 1 en collège

 

 

495 200

 

 

755

Déplacements et diverses dépenses de soins (palu)

 

31 750

 

48

Travaux d’adduction à l’eau potable

 

893 153

 

1 362

Total dépenses en

septembre

 

1 718 983

 

2 620

 

L’engagement pour des dons réguliers mensuels

 

s’élève  à          381€     (24 personnes)

Les besoins mensuels s’élèvent à environ 500 euros

Mais 28 personnes ont fait un don ponctuel pour un montant total de 2800 euros, ce qui assure un peu de trésorerie pour le fonctionnement du projet en attendant d’avoir suffisamment de donateurs réguliers.

 

Les dépenses de nourriture sont plus élevées car les prix des denrées augmentent

Les dépenses de scolarisation sont plus élevées que ce qui nous avait été annoncé car les frais de scolarité ont augmentés à 30€/enfant + l’adhésion obligatoire à l’association des parents d’élève à 6€ + 15€ d’équipement,  soit 41€ pour les enfants qui vont en primaire, mais 160€ pour le collégien, en revanche comme nous avons payé pour l’année entière, cette charge ne reviendra pas avant l’an prochain. Ouf !

Les dépenses d’adduction d’eau sont elles aussi une lourde charge mais comment faire fonctionner une cantine sans au moins 1 robinet, sachant que 45 enfants et 5 adultes fréquentent les lieux, nous espérons que le dossier déposé auprès de la SDEA aboutira à l’octroi de la subvention maximale soit de 80% des frais engagés

Les 5 intervenants, 3 plein temps et 2 mi-temps, perçoivent une indemnité provenant d’un autre financement que vos dons, nous vous rappelons que vos dons vont intégralement au fonctionnement de la cantine pour l’achat des denrées alimentaires, grâce à vous ces enfants font 1 repas par jour (qui est d’ailleurs leur seul repas de la journée).

Gérard Marino président de textures, J-Claude Omeyer secrétaire et Patricia Marino trésorier

 

 

 

Aider le projet

 

 

Au 31 juillet 2020, la cantine à Bobo-Dioulasso pour les enfants des rues est un succès :

40 enfants différents, de 2 à 14 ans, fréquentent la cantine régulièrement,

16 enfants viennent tous les jours, les 25 autres viennent en moyenne 2 jours par semaine,

Plus de 1100 repas complets ont été fournis depuis le 2 juin 2020 avec une moyenne de 22 repas par jour, objectif 40 repas par jour pour 40 enfants.

Il nous faudrait encore 100 euros supplémentaires de dons mensuels pour accueillir tous les enfants tous les jours, soit seulement 10 nouveaux donateurs à raison d’un versement de 10€ par mois.

15 enfants ont été entièrement habillés, ils ont reçu 2 tenues complètes, un pull chaud et une paire de chaussures.

Fin juillet ils ont été coiffés et parés pour la fête de « Tabaski » (budget différent des dons mensuels pour la cantine)

16 enfants bénéficient de cours de soutien scolaire depuis mi-juillet afin de préparer un retour en classe en octobre 2020 après une ou 2 années blanches. Oumar, un jeune étudiant titulaire du baccalauréat anime avec succès ce soutien scolaire.

 

 

dépenses sur 2 mois

Du 02/06/2020

Au 37/07/2020

Montants en F CFA

Montant en Euros

L’engagement pour

dons réguliers

Administratif et taxes

10172

15

  • des dons réguliers mensuels : 285€
  • des dons réguliers annuel : 460€

denrées pour la cantine

498150

760

Equipements pour le soutien scolaire

118750

181

Déplacements et diverses dépenses de soins (paludisme)

15000

23

Total dépenses

au 30 juin 2020

642072

980

 

 

L’équipe sur place s’est rapprochée actuellement des familles et ou des services de l’action sociale afin de favoriser le retour des enfants à l’école.

Nous prendrons en charge les frais de scolarité et d’équipement des enfants :

10€ frais d’inscription à l’école primaire par enfant + 30€ frais d’équipement en matériel par enfant, mais 120€ de frais d’inscription au collège (concerne 1 seul enfant)

Au 31 juillet 2020, la cantine à Bobo-Dioulasso pour les enfants des rues est un succès :

40 enfants différents, de 2 à 14 ans, fréquentent la cantine régulièrement,

16 enfants viennent tous les jours, les 25 autres viennent en moyenne 2 jours par semaine,

Plus de 1100 repas complets ont été fournis depuis le 2 juin 2020 avec une moyenne de 22 repas par jour, objectif 40 repas par jour pour 40 enfants.

Il nous faudrait encore 100 euros supplémentaires de dons mensuels pour accueillir tous les enfants tous les jours, soit seulement 10 nouveaux donateurs à raison d’un versement de 10€ par mois.

15 enfants ont été entièrement habillés, ils ont reçu 2 tenues complètes, un pull chaud et une paire de chaussures.

Fin juillet ils ont été coiffés et parés pour la fête de « Tabaski » (budget différent des dons mensuels pour la cantine)

16 enfants bénéficient de cours de soutien scolaire depuis mi-juillet afin de préparer un retour en classe en octobre 2020 après une ou 2 années blanches. Oumar, un jeune étudiant titulaire du baccalauréat anime avec succès ce soutien scolaire.

 

 

dépenses sur 2 mois

Du 02/06/2020

Au 37/07/2020

Montants en F CFA

Montant en Euros

L’engagement pour

dons réguliers

Administratif et taxes

10172

15

  • des dons réguliers mensuels : 285€
  • des dons réguliers annuel : 460€

denrées pour la cantine

498150

760

Equipements pour le soutien scolaire

118750

181

Déplacements et diverses dépenses de soins (paludisme)

15000

23

Total dépenses

au 30 juin 2020

642072

980

 

 

L’équipe sur place s’est rapprochée actuellement des familles et ou des services de l’action sociale afin de favoriser le retour des enfants à l’école.

Nous prendrons en charge les frais de scolarité et d’équipement des enfants :

10€ frais d’inscription à l’école primaire par enfant + 30€ frais d’équipement en matériel par enfant, mais 120€ de frais d’inscription au collège (concerne 1 seul enfant)

 

Au 06 juillet 2020

Un immense merci à vous tous qui suivez cette opération. C'est un succès incroyable ! Aussi bien au niveau des donateurs que sur place. Merci à Soumo et à Pauline, à tous les membres de Kanoubaga à Bobodioulasso et aux enfants qui aident au projet


 

La cantine fonctionne depuis 5 semaines.

40 enfants viennent pour manger, 21 d’entre eux viennent tous les jours depuis le début, les autres viennent 1 à 2 fois par semaine. De plus 28 enfants viennent pour jouer et 3 enfants viennent pour aider à la confection des repas mais ne restent pas à manger.

15 enfants de moins de 14 ans sont en très grande difficulté et n’ont pas fréquenté l’école depuis au moins une année. Parmi eux 3 garçons doivent aller travailler pour apporter un soutien financier à leur famille. Parmi les 15 enfants en grande difficulté 2 sont orphelins de mère, 5 sont abandonnés par la mère, 5 sont abandonnés par le père et 3 sont orphelins de père (voir document).

Pourquoi un tel succès de cette cantine ? Nous pensions accueillir 10 à 15 enfants, c’est plus de 20 qui mangent chaque jour et une 40taine qui ont déjà profité de ces repas.

Une personne qui travaille dans le secteur informel, une femme qui loue ses services pour aider au travail ménager ou à la lessive gagne 500 Fcfa par jour soit 0,80€. Un enfant qui travaille va aider sur un chantier à porter des briques ou dans un restaurant (cabaret ou maquis nom local pour restaurant) va recevoir environ 150 Fcfa soit 0,25€ par jour.

Un repas complet proposé à la cantine Kanoubaga revient à 0,80€ (céréale, légume, salade, viande ou poisson, fruit). L’enfant dans une famille pauvre ne fait souvent qu’un repas constitué d’une bouillie de farine de maïs sucrée. Afin de trouver à manger, l’enfant sort la nuit (elle tombe à 18h) et fait le tour des « cabarets » et se nourrit des restes des assiettes des clients.

Comme convenu, après un mois de fonctionnement voici le bilan :

Nous sommes début juillet :

à ce jour près de 600 repas ont été distribués par Kanoubaga. Pauline nous a envoyé un bref état des lieux et une présentation des 15 enfants les plus en difficulté.

En cliquant sur les liens (en rouge) vous pouvez accéder à ces documents, nous vous les présentons tels que nous les recevons, sans aucune modification ni correction

 

 

Libelle des  postes de dépenses de 01/01/2020 au 31/05/2020

Montants en F CFA

Montant en Euros

Frais enregistrements et impôts et constitution Assoc.

292460

445

Travaux réfection du Hangar Baba

3271000

4986

Equipements et mobiliers pour la cuisine + la cantine

982475

1498

Déplacements des bénévoles pour les démarches

35000

53

Consommables et divers

11500

18

Total avant démarrage de la cantine

4592435

7001

 

Début de la cantine le 2 juin 2020 : dépenses et recettes juin 2020

=près de 600 repas complets et équilibrés fournis à des enfants de 2 à 14ans

Libelle dépenses du 02/06/2020

Au 30/06/2020

Montants en F CFA

Montant en Euros

Recettes en euros

= dons

Administratif et taxes

6950

11

Dons cumulés depuis le début de l’opération, qu’il s’agisse de dons ponctuels par chèques ou virements ou de virements mensuels réguliers

 

2586

Consommables cantine

301535

460

Equipements cuisine

16000

24

Déplacements et divers

13500

21

Total dépenses

au 30 juin 2020

337985

516

2586

L’engagement pour des dons réguliers mensuels par virement s’élève à 215€

Grâce à vous, nous avons de quoi faire face à plusieurs mois de fonctionnement. Merci à tous c’est absolument formidable.

L’équipe sur place se rapproche actuellement des familles avec l’aide de l’action sociale afin de favoriser le retour des enfants à l’école.

Pour cela nous pensons que nous prendrons en charge les frais de scolarité et d’équipement des enfants à la rentrée scolaire :

  • 10€ frais d’inscription à l’ecole primaire
  • 120€ frais d’inscription au collège
  • Environ 30€ frais d’équipement
  • Eventuellement + l’achat de chaussure car certains enfants ne fréquenteraient pas l’ecole car le trajet à pied est long et que pied nu ce n’est pas faisable.

 

Au 17 juin 2020

 

La cantine fonctionne à présent tous les jours. Le public varie de 17 à 27 enfants. Ils sont pour l'essentiel très jeunes. L'ambiance est très sympathique en raison de la présence d'enfants du quartier qui favorisent l'intégration des nouveaux venus. Pauline, la secrétaire de l'association est très attentive à la situation de chacun et repère ceux qui sont le plus en difficulté. Elle nous fait part du cas de la petite Mariam, qu'ils appellent Princesse. Voici son commentaire :

"Coulibaly Mariam, communément appelée Princesse est âgée de 2 ans.
Cette petite fille est issue d'une famille très pauvre elle vit avec sa mère ménagère également avec ses 6 frères.
Orpheline de père, benjamine de sa famille. Elle a heureusement une  carnet de santé et un acte de naissance qui est fait par l'aide de certaines personnes de la société.
Sa mère a de la peine à les faire manger deux fois par jour même avec le peu qu'elle gagne en se promenant dans les cours pour chercher du travail tels que faire la lessive et la vaisselle à 400 ou 500f ce qui ne garantit pas leur alimentation à 7 personnes en famille. Très souvent la petite fille se promène de cour en cour pour manger avec les autres, et dort la nuit avec sa mère qui vit sous couvert. Princesse est une petite que nous avons remarqué depuis quelque temps au centre Djeliya en compagnie des autres enfants souvent elle passe toute la journée au centre et fini à s'en dormir à terre sous les manguiers, sa mère s'intéresse peu d'elle. 
Au début elle était méfiante envers les autres car elle est la plus jeune, elle se sent bien et confiante après une semaine, heureuse également en compagnie de toute l'équipe. On l'appelle Princesse 😊"

 

   
Princesse au début puis après quelques jours… 

 

Nos contacts sur place sont très actifs et nous sommes informés chaque jours de la fréquentation et de la manière dont les groupes d'enfants sont gérés. Au début, quelques enfants du quartier sont venus partager le repas. Maintenant, la place est laissée aux plus nécessiteux et les enfants du quartier participent à l'animation, l'entretien, ce qui aide considérablement l'intégration. Dans le petit film qui suit, on voit Princesse qui va manger directement dans une bassine, réflexe caractéristique d'un enfant des rues, un petit garçon qui vient se faire laver la tête et qui s'est bien intégré après une brêve période de méfiance, quelques filles qui jouent calmement en dehors du repas.  

Textures association envoie régulièrement des colis avec des vêtements, des jeux, des livres. Les derniers envois arrivent doucement en raison de la surcharge d'envoi imposée par la crise sanitaire. Nous suivons de près la fréquentation de la cantine et essayons d'avoir un historique pour chaque enfant, voir s'il a encore de la famille, un carnet de santé, s'il est possible de le scolariser. La tâche est lourde et nous saluons Soumo, sa femme Pauline et Pauline, la secrétaire de l'association qui font un travail remarquable. 

Voici quelques images de l'activité de ces deux dernières semaines :

  

 

 

 

 

 

La cantine a distribué ses premiers repas mardi 1er juin et a accueilli 24 enfants et sert depuis une vingtaine de repas tous les jours, tout en assurant l'accueil des enfants toute la journée

 

10 juin 2020

Depuis le premier juin 2020, les repas sont distribués tous les jours, plusieurs adultes aident Soumo et les deux Paulines pour la préparation, la distribution, le nettoyage, auxquels participent également des enfants et l'animation du lieu. Nous suivons les opérations au jour le jour avec les comptes, les menus et les présences des enfants. Voici quelques images des ces derniers repas.

 

Premier juin 2020 ouverture de la cantine et distribution de 24 repas

Soumo a pris le parti d'inviter quelques enfants du quartier pour favoriser l'intégration locale du projet contribuer à la sociabilisation des enfants. La demande est très forte mais pour le moment, nous cherchons à instaurer une régularité dans le fonctionnement. Nous venons de recevoir des nouvelles de la deuxième journée ainsi que des photos : d'autres enfants se rajoutent, le tableau noir est utilisé, le repas est végétarien. 

 

 

Point de départ

Dans le cadre de ses recherches sur les diverses techniques en céramique, Patricia est allée à la rencontre de potières africaines et a découvert cette civilisation. Des liens forts se sont tissés à Siniéna, village de la région des cascades dans le secteur de Banfora au sud ouest du pays. Echanges entre professionnelles mais aussi, des liens d'amitiés qui se développent, renforcés par les difficultés du quotidien : pauvreté, maladies, mortalité des petits enfants. Progressivement, s'est mis en place une modeste collaboration autour de l'équipement du village, de l'école et surtout la création d'une association de femmes qui luttent contre la malnutrition des petits enfants qui fait des ravages. Cette association fonctionne depuis une dizaine d'années. Patricia a fait construire un local en dur pour mettre à l'abri les denrées alimentaires pour organiser une distribution hebdomadaire de bouille nutritive en compensation des carences alimentaires. 

 

  

construction de la cuisine de Siniéna financée par Patricia en 2013 et qui fonctionne toujours aujourd'hui

 

Projet Kanoubaga

Aujourd'hui, le pays est en guerre, des populations sont déplacées, l'insécurité engendre des haines inter-communautés, les familles éclatent. Le problème est criant dans les grandes villes. Bobo Dioulasso, la seconde plus grande ville du pays, plus d'un demi million d'habitants, est durement impactée et les enfants sans attaches sont de plus en plus nombreux. Nous souhaitons aider l'association KANOUBAGA à monter une cantine où les enfants des rues trouvent de quoi se nourrir, se soigner et se protéger.

 

 

attention ! l'adresse qu'indique Soumo n'est pas exacte : à corriger en Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Depuis très longtemps, la poterie Textures et Patricia ont des liens avec le Burkina Faso. 

Après une projet d'aide au village de Siniéna qui aujourd'hui tourne pratiquement en autonomie, elle souhaite, avec Textures, financer un lieu d'accueil avec cantine pour les enfants des rues de Bobo Dioulasso.

 

Restauration du local "BABA"

Le projet est déjà bien avancé. Soumaila Dia (Soumo) a réuni des volontaires, décidés à s'engager, un lieu où installer l'activité et est à la recherche d'aides. L'objectif serait dans un premier temps de proposer un repas par jour pour une quinzaine d'enfants et de s'adapter au fur et à mesure à l'évolution de la situation dans ce quartier du secteur 1 de la ville. Avec Textures nous envisageons d'apporter deux types d'aide :

  • la restauration du local et son équipement pour faire fonctionner cette cuisine. Les travaux ont commencé et chaque jour nous voyons avancer le travail. Avec l'arrivée de la saison des pluies, l'urgence était la mise en place d'un toit. Sa mise en place, après dépose est bien avancée le 25 avril 2020. Les éléments mobiliers sont attendus, ainsi que le branchement au réseau pour l'eau.
  • l'achat des denrées et la couverture des frais de fonctionnement.

   

Le toit est en cours de pose au 30 avril 2020

Les murs d'origine vont être renforcés. Le nouveau toit est traité contre la corrosion et permettra la poursuite du chantier malgré l'arrivée de la saison des pluies.

 

Avec Soumo, nous travaillons sur ce projet depuis 2017. Il était fondamental d'en arriver au lancement de l'action avec une certitude de perennité et une possibilité de suivi à distance malgré la situation politique, d'où le temps que cela nous a pris avant de pouvoir présenter cette cantine au public.

Sur place, Soumo a réuni une équipe de volontaires ayant chacun des compétences spécifiques. L'association Kanoubaga va se développer et s'enrichir de membres nouveaux. Le démarrage du chantier engendre des engagements. Le projet est solide et s'appuie sur plus d'une dizaine d'années d'expériences réussies ou non. Nous avons tiré les leçons des échecs et sommes tous conscients des erreurs à éviter.

L'implantation est fondamentale : nous avons étudié la possibilité d'une location et visité de nombreuses constructions. Au final, il s'avère qu'il vaut mieux investir dans la restauration d'un lieu déjà orienté vers l'action sociale et culturelle pour la jeunesse, que nous connaissons depuis longtemps, dans le quartier ou vit Soumo, sa famille et plusieurs membres de cette association. Malgré la lourdeur des travaux de mise en conformité, ce choix reste économiquement le plus intéressant. Après quelques négociation, nous avons obtenu l'accord enthousiaste des autorités du lieu et même l'engagement du responsable au sein de Kanoubaga. 

  

Oumar Traoré, responsable du centre culturel Djeliya où va s'installer la cantine du projet adhère à l'association

Le chantier a démarré dès la mi-avril 2020, malgré l'état d'urgence en raison de l'insécurité et de la pandémie. Ici en Alsace, nous sommes en liaison quotidienne avec Soumo et son équipe par internet et téléphone, même si les communications restent difficiles (il est compliqué de recevoir du Burkina des pièces jointes, des photos ou des films en raison du débit assez faible, d'où le côté bricolé de la documentation visuelle que nous présentons). Mais contrairement à beaucoup de projets de ce type, ici on peut voir que la réalisation n'est pas fictive et les envois d'argent sont immédiatement suivi d'effets.››

Début des travaux :

Il fallait commencer par le toit, la saison des pluies arrive, le chantier doit être protégé. Mi avril, le toit est démonté.

 

 

une structures métallique va remplacer l'ancienne charpente en bois. Toutes les parties sont traitées pour ne pas rouiller et les murs seront restaurés pour supporter ce toit qui par la nature des matériaux, sera plus léger et plus solide que celui d'origine. 

 

 

La jonction avec les murs est renforcée au ciment. Le pourtour est fermé et équipé d'une porte en métal. 

 

 

 

Le sol en terre battue ne correspondait plus à l'usage. Il sera couvert d'une dalle avec des carreaux de céramique. 

 

 

Le hangar Baba retrouve sa fonctionnalité. Il ne reste plus qu'à y installer une arrivée d'eau, un système de production d'électricité, les tables et chaises et les ustensiles de cuisine pour accueillir les premiers commençaux. 

 

 

Travaux : le local est prêt. 
Les murs ont été renforcés, peints, le toit en métal posé. Une porte en métal protège le lieu, les sols sont carrelés. Un tableau noir a été peint sur le mur.

 
 

Equipement : Installation d'un panneau solaire qui permet l'éclairage durant toute la nuit, accrochage d'u extincteur. Le mobilier, tables, chaises, armoires est livré ainsi que le matériel de cuisine. 

  

        

Aider le projet